Portail de l'Environnement Le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg
  Recherche
 x Recherche avancée
  Home | Nouveautés | Newsletter | Liens | FAQ | Contact Aide | Index | A propos du site
      ImprimerEnvoyer à

> home > Forêts > Dossiers thématiques > Eléments de politique forestière > Fonction de production

Fonction de production

Vers le niveau supérieur

La population ne veut et ne peut renoncer aux ressources naturelles. Mais l'exploitation et l'utilisation de ces ressources doivent se faire de façon judicieuse, au respect du milieu naturel et des conditions écologiques. Dans le secteur forestier, la sylviculture en tant que partie de la gestion durable des forêts permet, de façon pérenne, la production de produits naturels, sans porter préjudice aux autres fonctions de la forêt.

"Forstwirtschaft betreiben darf niemals Selbstzweck sein, sondern muß versuchen, die Bedürfnisse der Menschen an einen Wald mittels konkreter Maßnahmen nachhaltig und bestmöglich zu befriedigen."

(Georg SCHOOP)

La forêt produit du bois, de la verdure, des fruits, du miel, et admet différentes activités, dont l'exploitation, la récréation et l'exercice de la chasse.

Le bois

  • est une matière première naturelle par excellence
  • emmagasine le carbone atmosphérique et réduit l'effet de serre
  • peut être produit et récolté sans nuire à l'écosystème ni à ses fonctions

Le bois est la seule matière première renouvelable qui soit produite sans nuire à l'environnement. Il est facilement recyclable, ne consomme que de l'énergie solaire et ne cause pas de pollution.

Grâce à l'assimilation chlorophyllienne, le bois emmagasine le carbone atmosphérique et contribue ainsi à atténuer l'effet de serre. L'accumulation du gaz carbonique se fait tant que dure l'accroissement des arbres. Elle est particulièrement élevée dans les jeunes peuplements et se trouve réactivée à chaque éclaircie. Affecté à des usages à long terme, le bois, tout en apportant une part importante au bien-être de l'homme dans son entourage familier et à son lieu de travail, perpétue la fixation du gaz carbonique amassé. Cet effet est d'autant plus prononcé que la production du bois et son utilisation à long terme sont plus importantes.

"Die Kohlendioxyd- und Energiesteuer bezieht den Energie- und Ressourcenverbrauch in die Produktpreise ein und macht diese dadurch "ehrlich". Dann wäre Holz als nachwachsender und CO2-neutraler Rohstoff konkurrenzlos billig und könnte seine alten Märkte zurückerobern, die es in den letzten 40 Jahren verlor. Seiner Umweltbilanz nach ist Holz in allen Bereichen - Erzeugen, Verarbeiten, Verwenden und Entsorgen - ohnehin ökologisch unschlagbar."

(Hermann Graf HATZFELDT)

Le côté économique

Escalier en bois

Le bois est une source de revenu importante

Son écoulement à des prix appropriés favorise le bon entretien de la forêt

Le bois est une source de revenu importante, notamment dans les régions économiquement faibles. Bon nombre d'ouvriers forestiers gagnent leur vie en forêt, et l'industrie du bois est un secteur économique aux produits très utilisés et hautement estimés. D'autre part, le bois est généralement la source de revenu principale que le propriétaire tire de sa forêt. Cependant, des exploitations forestières, en nombre toujours plus grand, sont déficitaires, de sorte qu'elles cherchent à pallier la pression des prix par des mesures économiques à court terme qui trop souvent vont aux dépens du milieu forestier.

Parmi les événements qui ont eu de graves répercussions sur le prix du bois, il faut citer:


Les perturbations sur le marché du bois au début des années quatre-vingt-dix
La mise en vente des énormes quantités de bois tombées en chablis au début de l'année quatre-vingt-dix fut à l'origine d'une chute spectaculaire des prix du bois. Cette chute fut encore renforcée par les désordres monétaires provenant de la dévaluation dans des pays nordiques, gros exportateurs de bois, et de la pression grandissante de l'Europe centrale et orientale, désireuse de financer son développement économique par tous les moyens, y compris la vente de bois à des prix réduits.


Le recyclage du papier
La réutilisation du vieux papier réduit la consommation du bois de trituration parfois de plus de cinquante pour cent. Si le recyclage est une opération qu'il faut approuver en principe, on ne peut pas nier qu'en incriminant l'utilisation de bois frais dans la fabrication du papier, on risque de nuire à notre forêt et à la forêt européenne en général tout en ne pouvant pas empêcher les coupes excessives ailleurs qui sont à l'origine de ces agissements de mise en cause. Nos bois de trituration sont des produits accessoires, devant être prélevés au cours de l'évolution des peuplements, alors que les bois de trituration en provenance des pays nordiques, des Etats Unis et du Canada sont souvent des produits principaux résultant d'immenses coupes rases. En voulant pénaliser l'un, on nuit à l'autre, ignorant qu'on empêche par là l'écoulement de certaines coupes. De ce fait sont retardées notamment les premières éclaircies qui pourtant sont indispensables à la stabilité et à l'état sanitaire de nos peuplements, ainsi qu'à leur diversité biologique (mélange des essences).

L'utilisation de produits de remplacement
Des succédanés synthétiques ont été propagés dans le cadre de la politique de recyclage et lors des nombreuses campagnes publicitaires utilisant des termes magiques tels que "bio", "écologique" et "écolabel". Tout produit en bois devrait l'emporter du point de vue environnemental sur toute matière synthétique, même recyclée ou portant la mention "Der grüne Punkt".

"Beim Werben mit der Umweltfreundlichkeit darf die Aussage nicht irreführend und damit wettbewerbswidrig sein. Dies ist der Fall, wenn bei einem nicht unbeachtlichen Teil der angesprochenen Verbraucher unrichtige Vorstellungen über Art und Grad der Umweltfreundlichkeit hervorgerufen werden und damit die Entscheidung dieser Verbraucher beeinflußt wird, sich dem Produkt zuzuwenden.(Oberlandesgericht Köln, HZBl. No 107/1994, S 1678)


Les actions publicitaires tendant à incriminer le bois et son utilisation
"Baum ab - nein danke"

"Holz kann man importieren, Schutz - und Erholungsleistungen nicht"

Il faut espérer que ces adages malencontreux se taisent à jamais, face à la destruction galopante de la forêt tropicale. Un renoncement général à l'exploitation du bois de nos régions, compensé par une surexploitation ailleurs, est inadmissible du point de vue des stratégies écologiques globales. Aussi ne faut-il pas s'acharner sur l'utilisation du bois, mais sur les méthodes abusives de son exploitation.

De même, la cause du bois est mal servie par des publicités exagérées, tournant au ridicule, voire au macabre:

  • "Bio-Furniere aus ungedüngten Wäldern"
  • "Särge aus Vollholz mit umweltverträglichen Lackierungen und Beschichtungen"
  • Les gens sérieux risquent de se détourner du produit qu'on veut leur communiquer.

L'écoulement du bois à des prix appropriés assure le financement des interventions coûteuses dans les jeunes peuplements. Par ailleurs, une forêt économiquement saine est le mieux placée pour fournir les produits et services escomptés. Car le bois est un facteur qui rapporte, alors que les autres fonctions variées de la forêt, comme la préservation de l'habitat, la protection contre les forces de la nature et l'importance en tant que lieu de détente, ne sont pas rétribuées et ne peuvent en partie même pas être chiffrées.

"Nur ein ausreichender Ertrag kann auf Dauer die Bewirtschaftung garantieren, und nur die Bewirtschaftung garantiert all die Funktionen, die man heute vom Wald erwartet."

(Graf von STAUFFENBERG)

La forêt, surtout la forêt privée ne peut pas renoncer aux recettes de bois. Personne n'investit dans une entreprise déficitaire.


L'ensemble des fonctions de la forêt n'est assuré qu'avec l'aide de l'Etat
Les mesures d'encouragement trouvent leur légitimation dans la réalisation d'une protection efficace ayant pour objet d'une part la conservation des bienfaits que la forêt exerce sur la population et l'environnement et d'autre part la pérennité des prestations d'intérêt public que fournissent les propriétaires de forêts.

"Wenn unsere Gesellschaft das Wirtschaftswachstum mit all seinen Auswirkungen will, muß sie auch bereit sein, die Bodenwirtschaften, die diesem Wachstum nicht zu folgen vermögen, auf die sie aber lebenswichtig angewiesen ist, mit öffentlichen Mitteln funktionsfähig zu erhalten. Und sie muß sich auch an den Gedanken gewöhnen, daß Gesundheit und gesunder Lebensraum so hohe Güter sind, daß sie Aufwendungen zu ihrer Erhaltung und Pflege rechtfertigen, ja erzwingen." (HASEL)

"Les politiques forestières (...) devraient rigoureusement encourager, dans les forêts publiques et privées, les pratiques qui favorisent une gestion durable et la multiplicité des fonctions, ce qui comprend la conservation et une amélioration appropriée de la diversité biologique." (Helsinki, Résolution H1)


Le rendement soutenu au sens large
Depuis les époques où l'exploitation des bois et forêts était excessive, la situation a changé à un point tel que nous constatons aujourd'hui un volume sur pied jamais connu. Notamment dans les forêts soumises au régime forestier, le principe du rendement soutenu a été observé de longue date, ce principe étant ancré dans la législation forestière luxembourgeoise depuis 1840. Le législateur a voulu par là éviter une surexploitation de nos forêts, face à une agriculture en pleine expansion et face aux besoins énormes en charbon de bois, seule source d'énergie des aciéries de l'époque. En fait, ce sont les changements intervenus dans les procédés de production, à savoir l'emploi du charbon minéral dans l'industrie et l'utilisation des scories de Thomas dans l'agriculture, qui ont sauvé la forêt vers la fin du siècle passé, alors que cessaient les nombreuses pressions sur la forêt, pressions qui ne sont plus à craindre aujourd'hui, en raison de l'évolution de notre société. La forêt jouit d'un estime croissant dans l'opinion publique et les dispositions légales en vigueur sont généralement respectées.

Le rendement soutenu dans son sens large ne s'applique plus au seul volume de bois sur pied mais à l'ensemble du matériel bio-écologique de la forêt qui englobe des milliers d'espèces animales et végétales de la biocénose forestière, ainsi qu'à l'ensemble des services que la forêt est en mesure de rendre à l'homme.


La production n'est plus prioritaire partout
De plus en plus, surtout en forêt publique, les fonctions sociales et écologiques gagnent en importance vis-à-vis de la fonction de production, ou sont déjà devenues plus importantes. Ainsi, certaines forêts constituent de véritables forêts de loisir ou de protection ou renferment des biotopes spéciaux de plantes et d'animaux rares et protégés. Il importe donc de fixer d'autres priorités que la seule production de bois et d'appliquer à ces forêts ou parties de ces forêts un traitement spécial tenant compte de leurs missions spéciales de récréation et de protection, avec l'option de ne plus exploiter la forêt sur la totalité de la surface.


L'infrastructure forestière

  • est indispensable à une sylviculture proche de la nature
  • ne porte pas préjudice à l'écosystème forêt
  • renforce la valeur récréative de la forêt


L'infrastructure forestière rend possible:

  • la gestion et la surveillance de la forêt;
  • le débardage et le transport des produits forestiers (bois, plants);
  • une exploitation douce, ménageant le sol et le peuplement restant;
  • l'accès des ouvriers forestiers et des équipes de secours (en cas d'accident et d'incendie);
  • la récréation du public.

"Die Erschließung des Waldes ist für eine naturnahe Bewirtschaftung und die Sicherung der Erholung notwendig. (....) Noch notwendige Erschließungsmaßnahmen haben pfleglich zu erfolgen. In Schutzgebieten soll auf Erschließungsmaßnahmen verzichtet werden."

(Werner SCHUMACHER).

"Boden und Bestände können nur dann geschont werden, wenn ein ausreichend dichtes Netz Lkw-fähiger Wege und ein ergänzendes Feinerschließungssystem vorhanden sind. Voraussetzung dafür, daß nach den Prinzipien der pfleglichen Holzernte verfahren werden kann, ist zudem, daß die Feinerschließungslinien markiert sind, weil nur dann zu fordern ist, daß die gewünschte Schlagordung eingehalten wird und die Rückelinien nicht verlassen werden."

(HÖFLE)

Les chemins forestiers, bien implantés dans le paysage et construits selon les règles de l'art, n'interrompent le couvert des peuplements que temporairement; en règle générale, après quelques années, les cimes se touchent à nouveau, de sorte qu'il n'y a pas de risque majeur de chablis, d'insolation ou de dessiccation. L'étroitesse des chemins forestiers, leur couverture naturelle et leur faible fréquentation ne font par ailleurs aucun obstacle au passage des populations fauniques. Sur les talus, les essences pionnières s'installent normalement sans mesures de reverdissement actives dans un délai très court, de sorte que les bords, recouverts de verdure, se trouvent rapidement réintégrés dans le paysage.

La création, respectivement l'amélioration de la voirie forestière contribue à la canalisation de la circulation en forêt, y compris l'afflux du public. Combinée à une infrastructure touristique, elle fait accroître de façon substantielle la valeur récréative de la forêt.

Les pistes de cloisonnement et de débardage sont en principe du seul usage forestier (travaux de nettoiement et de débardage). Elles contribuent largement à la protection du sol forestier.



Haut de page

Copyright © Ministère de l'Environnement   Aspects légaux | Contact