Portail de l'Environnement Le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg
  Recherche
 x Recherche avancée
  Home | Nouveautés | Newsletter | Liens | FAQ | Contact Aide | Index | A propos du site
      ImprimerEnvoyer à

> home > Forêts > Dossiers thématiques > Eléments de politique forestière > Contexte international

Contexte international

Vers le niveau supérieur

- La conférence des Nations Unies à Stockholm, en 1972
- La conférence ministérielle à Strasbourg, en 1990
- Le congrès forestier mondial à Paris, en 1991
- La conférence des Nations Unies à Rio de Janeiro, en 1992
- La conférence ministérielle à Helsinki, en 1993
- Le colloque de Montréal, en 1993
- La rencontre d'experts à Genève, en 1994 et à Antalya, en 1995
- La réunion des ministres responsables des forêts à Rome, en 1995
- La réunion de la Commission du développement durable (ONU)à New York, en 1995

Conscients du caractère limité des ressources naturelles et du volume toujours croissant des polluants, les responsables de la première conférence des Nations Unies sur l'environnement, tenue à Stockholm en 1972, se sont prononcés en faveur d'une croissance économique durable (sus-tainable growth). "Tout en satisfaisant aux besoins de la génération actuelle, il ne faut pas porter préjudice à ceux des générations futures".

La deuxième conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (CNUED), tenue à Rio de Janeiro en 1992, a adopté une déclaration de principes, non juridiquement contraignante, mais faisant autorité, pour un consensus mondial sur la gestion, la conservation et le développement durable de tous les types de forêts.

Entre-temps, deux manifestations d'envergure, l'une politique, l'autre technique se sont préoccupées de la forêt, à savoir:

- la première conférence ministérielle pour la protection des forêts en Europe, tenue à Strasbourg en 1990, reconnaît "le droit des générations futures à bénéficier d'un environnement de qualité, sain et non pollué, ce qui doit, pour les forêts, avoir une traduction écologique, économique et sociale, conforme aux fonctions multiples qu'assume la forêt de façon pérenne"

- le dixième congrès forestier mondial, à Paris en 1991, a adopté une déclaration lançant un appel solennel aux gouvernements du monde, aux organisations intergouvernementales et non gouvernementales et à tous les décideurs, de prendre des mesures pour "reconstituer la couverture verte de la planète, par le boisement, le reboisement et la gestion soutenue des fonctions multiples des arbres et des forêts".

Pour la protection des forêts en Europe, le point culminant provisoire a été marqué par la deuxième conférence ministérielle qui s'est tenue à Helsinki en 1993. Dans sa résolution H1 concernant les principes généraux pour la gestion durable des forêts en Europe, la conférence définit ce qu'il faut entendre par gestion durable.

A mentionner encore le colloque de Montréal en 1993 qui pour la première fois a fixé des critères écologiques et socio-économiques pour le développement durable de la forêt boréale et de la forêt tempérée.

Dans le cadre des modalités du suivi de la deuxième conférence ministérielle de Helsinki, les pays signataires ont élaboré lors d'une première rencontre d'experts à Genève en 1994 leurs propres critères et indicateurs d'une gestion durable des forêts (annexe I). Lors d'une deuxième rencontre à Antalya (Turquie) en janvier 1995, ils ont arrêté une série d'indicateurs descriptifs en complément des indicateurs quantitatifs.

La déclaration de la réunion ministérielle sur les forêts, à Rome en mars 1995, fait appel à une exécution complète et rapide des décisions prises par le sommet de Rio de Janeiro en 1992. Elle insiste sur la nécessité de s'attaquer aux causes économiques et sociales du déboisement et de la dégradation des forêts et met l'accent sur l'importance de continuer à élaborer et à appliquer des critères et indicateurs pour la gestion durable de tous les types de forêts. La réunion ministérielle compte sur la Commission du développement durable de l'ONU, à sa troisième réunion, pour avancer de manière décisive dans l'application des décisions de la CNUED dans le domaine des forêts.

Lors de sa réunion à New York en avril 1995, la Commission du développement durable a décidé d'instaurer un panel ad hoc intergouvernemental sur les forêts, ayant comme objectifs les domaines suivants:

1. mise en oeuvre des décisions de la CNUED relatives aux forêts sur les niveaux national et international y compris les liens sectoriels et intersectoriels;

2. coopération internationale en matière d'assistance financière et de transfert de technologie;

3. recherche scientifique, évaluation forestière et développement des critères et indicateurs de gestion durable des forêts;

4. fourniture et environnement des produits et services découlant de la forêt;

5. organisations internationales, institutions et instruments multilatéraux, y compris les méchanismes légaux appropriés



Haut de page

Copyright © Ministère de l'Environnement   Aspects légaux | Contact