Le gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg

Portail de l'Environnement

URL: http://www.environnement.public.lu/forets/dossiers/foret_lux/index.html

Retour vers la page d'origine

La forêt du Grand-Duché de Luxembourg

La forêt du Grand-Duché de Luxembourg

Vers le niveau supérieur

Malgré son territoire limité, le Luxembourg présente une grande variabilité naturelle. Il s'en dégagent deux régions géographiques, se distinguant par la géologie et le climat: L'Ösling (Ardennes) au Nord et le Gutland (Bon Pays) au Sud.

L'Ösling, avec ses roches schisteuses et gréseuses, forme un plateau d'une altitude d'environ 500 m, dans lequel se sont entaillés des cours d'eau, comme la Sûre, l'Our, la Wiltz, la Clerf, coulant dans des vallées étroites et profondes.

Le Gutland

Le Gutland est une région à cuestas caractérisée par une alternance de couches gréseuses, marneuses et dolomitiques, et dont l'altitude moyenne se situe entre 300 et 350 m.

En somme, le territoire du Grand-Duché est caractérisé par un seul bassin versant dont l'exutoire se trouve à Wasserbillig; c'est-à-dire, toute goutte d'eau, collectée par un des nombreux ruisselets et ruisseaux, quitte le pays à l'est par la Moselle pour atteindre ensuite le Rhin.

Le réseau hydrographique de l'Ösling est très dense dû au fait que la roche-mère est pratiquement imperméable. Au niveau du Grès de Luxembourg, très perméable, la densité est plus faible. Cette formation couvre à peu près un tiers du pays et présente le plus grand réservoir d'eau souterraine du pays, assurant environ 65% de l'alimentation en eau potable.

Superficie et répartition des essences forestières
Les types de forêts naturelles colonisant le territoire du Grand-Duché sont principalement la hêtraie sur les sols meubles ainsi que la chênaie et la hêtraie-chênaie sur les sols lourds.

Img00001A ces types de forêts sont associées des essences dites disséminées, comme l'érable sycomore, le frêne, le merisier, le charme, l'orme, le tilleul, le bouleau et le tremble.

Actuellement la forêt couvre environ 88.000 ha, soit plus d'un tiers du territoire du Grand-Duché. Les feuillus occupent 64% de cette surface, les résineux 36%. Avec 55% de la surface forestière totale l'Ösling est plus boisé que le Gutland.

Dans l'Ösling, la part des essences résineuses est très élevée (48%), alors que dans le Gutland les essences feuillues dominent (72%). Les hêtraies les plus productives, se trouvent sur les couches calcaires du Dogger au sud-ouest du pays (Minette).

Les forêts de la région mosellane sont principalement constituées par des chênaies sur les sols lourds et par des forêts mélangées feuillues à cormier sur le calcaire coquillier (Muschelkalk).

Répartition des classes d'âge
Img00001Actuellement, il existe un grand déséquilibre au niveau des classes d'âge des peuplements feuillus. Jusqu'au 19ième siècle, la forêt luxembourgeoise était exploitée et même surexploitée pour servir de source d'énergie à la sidérurgie. Vers la moitié du 19ième siècle, les haut-fourneaux ont été transformés pour utiliser de la houille, meilleur marché et disponible en abondance. C'est à partir de ce moment qu'ont pu se constituer nos grandes hêtraies adultes que nous connaissons actuellement.

Répartition des classes d'âge du hêtre et de l'épicea

Le déclin de l'industrie du tanin au lendemain de la deuxième guerre mondiale, a entraîné la conversion d'un grand nombre de taillis de chêne en pessières. Ceci explique l'asymétrie de la repartition des classes d'âge de l'épicéa.

Répartition de la surface boisée par type de propriétaire
Img00003La majorité des forêts, à savoir 54%, appartiennent à des particuliers, 10% à l'État et 36% aux communes et établissements publics. Les forêts soumises au régime forestier (forêts de l'État, des communes et des établissements publics) sont gérées par l'Administration des Eaux et Forêts.

Dans l'Ösling, 81% des forêts appartiennent aux privées, tandis que dans le Gutland, les communes détiennent plus de la moitié de la surface boisée.

La forêt privée est principalement constituée de peuplements résineux et de taillis de chêne dans l'Ösling, alors que la futaie feuillue domine en forêt soumise.

La forêt privée est caractérisée par la structure de la petite propriété forestière, présentant une dispersion importante des parcelles. 70% des propriétaires possèdent moins de 2 ha.

Difficultés de gestion de la forêt de l'Ösling

La forêt de l'Ösling

Dans l'Ösling, la propriété forestière est très morcelée. Les peuplements sont souvent situés en pente raide et dépourvus de toute infrastructure valable (chemins forestiers). Ainsi dans la région du lac de la Haute-Sûre, la surface moyenne des parcelles boisées est de 0,57 ha. Le terrain y est fortement accidenté, 49% de la surface boisée se trouvent en pente moyenne (20-40%) et 14% en pente raide (>40%). Dans ces conditions, l'exploitation pose des problèmes techniques. Aussi les forêts autour du lac exercent-elles principalement une fonction de protection des sols et des eaux.

Taillis de chêne

Taillis de chêne

Le taillis de chêne est un héritage de l'ancienne industrie du tanin. Il domine aujourd'hui encore l'image de la forêt feuillue dans l'Ösling (> 70%). L'essor de cette industrie aux 18ième et 19ième siècles avait provoqué une extension considérable de ce type de forêt. Encouragés par les prix élevés de l'écorce du chêne, les communes et les propriétaires privés avaient converti la majeure partie de futaie feuillue en taillis de chêne.

En 1741, la première tannerie fut fondée à Clervaux. En 1811, 66 tanneries existaient sur le territoire du Grand-Duché, dont la majorité dans l'Ösling. La clientèle principale des industries du tanin au cours de ces deux siècles étaient les différentes armées qui occupaient à tour de rôle le territoire du Luxembourg. Pendant la période autrichienne, plusieurs régiments de l'impératrice Marie-Thérèse étaient équipés exclusivement de bottines en provenance de cuir luxembourgeois.

Étant donné que la teneur en tanin est plus élevée dans les jeunes chênes et dans les rejets de souches que dans les arbres adultes, la révolution des taillis variait entre 16 et 20 ans.

Vers 1900, le taillis de chêne occupait une surface de 25.725 ha, ce qui souligne l'importance économique de ce type de forêt au début du siècle.

L'importation de tanin en provenance de l'Amérique du Sud (bois de quebracho) et plus tard l'utilisation de sels chimiques, provoquaient une sérieuse régression de l'économie du taillis de chêne vers la fin du 19 siècle et son déclin dès la fin de la Deuxième Guerre Mondiale.

Aujourd'hui la surface du taillis de chêne s'élève à 13.300 ha, dont la presque totalité (90%) se trouve en main privée.

La forêt du Gruenewald
Avec ses 4.500 ha, la forêt du Gruenewald représente la plus grande surface boisée d'un seul tenant du Grand-Duché. Depuis le 13ième siècle, cette forêt est citée dans des documents historiques. La plus ancienne ordonnance forestière en vue de sa protection semble être celle du 24 janvier 1496.

La forêt du Gruenewald

Principalement constituée de hêtraies, cette forêt est sise sur le grès de Luxembourg et fait partie de la zone de protection du plus grand réservoir d'eau potable du pays. Comme elle est située à l'entrée de la Ville de Luxembourg, sa fonction récréative est considérable.

Depuis 1966, le Gruenewald est classé monument national. En 1981, lors de la "Déclaration d'Intention Générale", le Gouvernement en Conseil souligne une fois de plus l'importance et la protection de cette forêt en tant que système écologique.

Réserves forestières
Aujourd'hui l'homme est loin de mettre en évidence la seule fonction économique de la forêt. Le progrès de la civilisation, les changements intervenus dans la structure de la population et les graves perturbations du milieu naturel qui en découlent, ont conduit à apprécier à leur juste valeur les fonctions sociales et de protection que les forêts sont en mesure d'assumer, plus que toute autre formation naturelle ou artificielle.

Ainsi la forêt est protégée sur base d'un grand nombre de dispositions légales et réglementaires. En plus, le Gouvernement luxembourgeois vise la protection de 8.100 ha de forêts dont 2.558 ha de réserves proprement dites et 5.545 ha de zones tampon.

Parcs naturels
Le Grand-Duché disposera sous peu de deux parcs naturels.

Le premier, le Parc Germano-Luxembourgeois vient de fêter ses 30 ans d'existence. Il s'agit du premier parc naturel international qui a été créé en Europe. L'idée de concevoir un tel parc basait sur la volonté de préserver et de surveiller ce magnifique paysage de part et d'autre de l'Our et de la Sûre frontalière suivant des critères aussi uniformes que possible et d'y développer une région de récréation riche en patrimoine culturel et naturel, tout en favorisant son développement économique. L'étendue de la partie luxembourgeoise s'élève à 35.800 ha, dont 37% sont boisés.

La forêt domine l'image global du paysage, même s'il existe des régions au taux de boisement relativement faible. L'absence de grands massifs d'un seul tenant et le refoulement des forêts sur les versants donne l'impression que le taux de boisement serait nettement plus élevé qu'il ne l'est en réalité. Ces forêts, constituées par une multitude d'essences forestières et arbustives, satisfont aussi bien aux critères écologiques qu'économiques.

Le deuxième parc naturel, le Parc Belgo-Luxembourgeois est en voie de réalisation. Sur le territoire luxembourgeois, il sera dénommé Parc Naturel de la Haute-Sûre, totalisant quelque 28.000 ha, dont environ la moitié est couverte de forêts. Ce sont surtout des taillis de chêne et des pessières; dans la partie sud-ouest, la futaie feuillue joue un rôle dominant. La forêt occupe principalement les versants, alors que le plateau est réservé à l'agriculture.

Evolution de l'état phytosanitaire des forêts
Depuis 1984, l'Administration des Eaux et Forêts réalise des inventaires phytosanitaires globaux sur un réseau de 48 placettes disposées selon un maillage uniforme de 4x4 km. Le but de ces inventaires statistiques est d'évaluer et de suivre en permanence l'étendue et l'évolution des dommages subis récemment par les forêts. Depuis les premiers inventaires, on constate une dégradation progressive de l'état phytosanitaire des arbres observés. L'état des feuillus est particulièrement préoccupant.


Dernière mise à jour de cette page le 05-03-2014.
Copyright Ministère de l'Environnement

Retour vers la page d'origine