Le gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg

Portail de l'Environnement

URL: http://www.environnement.public.lu/air_bruit/dossiers/Plan-de-qualite-de-l_air-pour-la-Ville-de-Luxembourg-et-environs/index.html

Retour vers la page d'origine

Plan de qualité de l’air pour la Ville de Luxembourg et environs

Plan de qualité de l’air pour la Ville de Luxembourg et environs

Vers le niveau supérieur

Dans le cadre de la surveillance de la qualité de l’air, les résultats des mesures de la station Luxembourg – Centre montrent un dépassement de la valeur limite pour le dioxyde d’azote (NO2) fixée au niveau communautaire. En conséquence un plan relatif à la qualité de l’air a été élaboré. Il définit les mesures nécessaires pour réduire la pollution de l’air de manière durable.

La zone d’étude comprend le territoire de la ville de Luxembourg et des parties du territoire des communes limitrophes ainsi que toute la zone de l’aéroport de Luxembourg. L’étude se limite aux polluants critiques de cette zone, à savoir les oxydes d’azote (NOx) et les particules fines PM10.

Un cadastre des émissions a été établi pour la zone d’étude. Il décrit les émissions de toutes les sources importantes. Leur contribution respective aux immissions est ensuite déterminée par modélisation. Le cadastre des émissions, tient compte des sources de pollution suivantes :

  • trafic routier,
  • trafic ferroviaire,
  • trafic aérien,
  • industries et centrales énergétiques,
  • installations de chauffage,
  • pollution de fond.

Selon les calculs pour l’année 2010, la valeur limite annuelle de 40 μg/m3 pour le NO2 est dépassée sur plusieurs sections de routes. Elles se situent au centre ville ainsi qu’à Eich, au Limpertsberg, au Rollingergrund, à Strassen, Merl, Hollerich, Gasperich, Bonnevoie, Helfenterbruck et Hesperange.

Les calculs à certains points névralgiques de la zone d’étude montrent que les immissions de dioxyde d’azote pour les sites Place de la Gare, Place de Paris et Place Dargent sont supérieures à celles mesurées à la station de mesure de Luxembourg – Centre. Aux trois sites précités, le trafic routier (voitures, bus, camion) est responsable pour plus de ¾ de la pollution (hors pollution de fond). Alors que les bus sont responsables pour près de 58% des immissions à la Place de Paris, la source dominante à la Place Dargent est représentée par les camions avec près de 43% des immissions.

Afin de réduire la pollution de l’air et de respecter les valeurs limites en vigueur, une série de mesures ont déjà été mises en œuvre. Ceci est cependant insuffisant et des efforts supplémentaires sont nécessaires afin de respecter les dispositions de la législation communautaire.

Les mesures suivantes ont déjà été mises en œuvre jusqu’en 2010 :

  • Modernisation continuelle des bus circulant sur le territoire de la ville de Luxembourg
  • Extension du réseau de chauffage urbain
  • Remplacement des locomotives au diesel par des locomotives électriques
  • Adaptation des feux de circulation de manière à augmenter la fluidité du trafic
  • Promotion du trafic non motorisé
  • Adaptation des lignes et des horaires des autobus
  • Conseil en matière d’énergie et aides financières
  • Information et sensibilisation de la population
  • Mise en place de « zones 30 » dans les quartiers résidentiels
  • Aides financières lors de l’achat de véhicules utilitaires à faibles émissions
  • Utilisation de l’autoroute ferroviaire pour le transport de marchandises
  • Vérification de la qualité de l'air

Les mesures suivantes sont également considérées dans le cadre du plan afin d’améliorer la qualité de l’air dans la ville de Luxembourg.

  • Mise en œuvre d’une stratégie globale de mobilité dont la réalisation de projets d’infrastructures ferroviaires, notamment le concept des gares périphériques et le tram, fait font partie.
  • Promotion continuelle du trafic non motorisé
  • Déplacement d’une partie du trafic de voitures et de camions vers la route du nord
  • Restriction de la circulation de livraison
  • Réaménagement du Centre Hamilius avec optimisation de la circulation
  • Réglementation pour les chauffages au bois afin de réduire les émissions.
  • Développement du réseau de chauffage urbain

D’autres mesures potentielles à examiner sont :

  • Remplacement accéléré de bus anciens par des véhicules pauvres en émissions
  • Optimisation des lignes d’autobus
  • Sensibilisation du grand public lors de l’achat de voitures en combinaison avec des aides financières
  • „Eco-Driving“
  • Restrictions de circulation pour voitures, camions et bus ne respectant pas une certaine norme de pollution EURO
  • Promotion du covoiturage et mise en place du car-sharing
  • Création resp. adaptation de valeurs limites pour les installations de chauffage et les centrales énergétiques
  • Réduction de la pollution de fond au niveau de la grande région
  • Prise en compte des aspects de la qualité de l'air dans la planification urbaine

 

Les grands projets d'infrastructure ferroviaires envisagés pour les années à venir auront un impact significatif sur la qualité de l'air. Des nouveaux calculs de modélisation pour évaluer la qualité de l'air et prenant en compte les projets futurs ont été réalisés et une actualisation du plan de qualité de l’air pour la Ville de Luxembourg et environs pour la période allant de 2010 à 2020 a été élaborée.

Téléchargez le projet de plan actualisé pour la période 2010 - 2020 (Décembre 2011)

Des observations et suggestions par rapport au projet de plan peuvent être transmises au ministère via l'adresse e-mail: departement.environnement@mev.etat.lu jusqu'au 31 janvier 2012.

Plan de qualité de l’air pour la Ville de Luxembourg et environs

 

 


Dernière mise à jour de cette page le 26-01-2017.
Copyright Ministère de l'Environnement

Retour vers la page d'origine