Portail de l'Environnement Le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg
  Recherche
 x Recherche avancée
  Home | Nouveautés | Newsletter | Liens | FAQ | Contact Aide | Index | A propos du site
      ImprimerEnvoyer à

> home > Air/Bruit > Dossiers thématiques > Réseaux de mesure de la qualité de l'air > Réseaux Bergerhoff

Réseaux Bergerhoff

Vers le niveau supérieur


Les mesures de retombées de poussière comptent parmi les plus anciennes méthodes l'évaluation de la qualité de l'air. Au Luxembourg ce type de réseau est exploité depuis 1973. Ce sont notamment les plus grosses fractions de poussière (grains allant jusqu'à des diamétres > 100 µm) qui sont collectées. Les retombées de poussière sont quantitativement plus élevées à proximité des sources d'émission que la poussière en suspension ou les gaz. Les retombées de poussière revêtent une importance particulière du point de vue sanitaire lorsqu'elles contiennent des composantes toxiques comme par exemple des métaux lourds (risques d'ingestion par des enfants en contact avec le sol, absorption par des légumes cultivés dans les jardins).

Dispositif de collecte de retombées de poussière

La méthode utilisée pour la mesure de retombées de particules est la méthode standard Bergerhoff avec l'instrument de collecte correspondant. Les poussières sédimentent librement par voie aérienne dans le collecteur placé à une hauteur de 1.5 m (bocal de dimensions standards; contenance 1.5 litre, diamètre d'ouverture 9.5 cm et surface de capture de poussières pour la collecte 62.2 cm2.).

La durée de collecte de poussières est fixée à 30 ± 2 jours (12 mesures mensuelles par an). Les bocaux sont ramenés au laboratoire et la poussière est récupérée avec soin pour être pesée avec précision ce qui fournit la donnée poussière brute.

Les échantillons de poussière en provenance de certains sites bien définis subissent encore par la suite un traitement particulier permettant la détermination de la teneur en métaux lourds (zinc, plomb, chrome, aluminium, vanadium). A cet effet la poussière subit l'attaque par des acides forts (acide fluorhydrique d'abord et ensuite dans une bombe autoclave avec de l'acide nitrique à haute température et pression) afin de provoquer la dissolution totale. Les métaux lourds sont alors déterminés au laboratoire par la méthode de spectrophotométrie par absorption atomique.

Le réseau Bergerhoff comporte un nombre de placettes proche de 100 pour la collecte de retombées de poussière et qui sont organisés en réseaux de taille différente et très localisés. Elles sont pratiquement toujours placées près de sites industriels connus pour leurs fortes émissions en poussières (p. ex. la sidérugie et les industries produisant des métaux). Plusieurs petits réseaux existent avec 2 à 10 sites de collecte (Belvaux (10), Dommeldange (7), Dudelange (7), Rodange (3), Rumelange (2), Wiltz (2), etc...). Deux réseaux importants et étendus, proches d'installations sidérurgiques, sont aménagés dans un milieu industriel-urbain à Esch/Alzette (30 placettes) et à Differdange (20 placettes) pour observer et évaluer l'ampleur des retombées de poussières et des métaux lourds qui les accompagnent. Les données recueillies en provenance de ces deux grands réseaux permettent de localiser les quartiers des deux villes respectives qui sont particulièrement exposés à de fortes retombées de poussière.



Haut de page

Copyright © Ministère de l'Environnement   Aspects légaux | Contact