Le gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg

Portail de l'Environnement

URL: http://www.environnement.public.lu/actualites/2014/09/23_accident_produits_phytopharmaceutiques/index.html

Retour vers la page d'origine

Déversement accidentel de produits phytopharmaceutiques dans un affluent wallon de la Haute-Sûre: mesures de précaution prises

Déversement accidentel de produits phytopharmaceutiques dans un affluent wallon de la Haute-Sûre: mesures de précaution prises

Vers le niveau supérieur

Communiqué par le ministère du Développement durable et des Infrastructures, département de l’environnement, l’Administration de la gestion de l’eau (AGE) et le Syndicat des Eaux du Barrage d’Esch-sur-Sûre (SEBES).


Le matin du 18 septembre 2014, les autorités luxembourgeoises ont été informées par les autorités de la Région wallone qu’un déversement accidentel de produits phytopharmaceutiques à base de la substance active «métazachlore» s’est produit l’après-midi du 17 septembre 2014 aux alentours du ruisseau de la « Moyémont », affluent de la Sûre. L’incident a eu lieu à une vingtaine de kilomètres de la frontière belgo-luxembourgeoise de Martelange.

L’Administration de la gestion de l’eau (AGE) a immédiatement pris contact avec le Syndicat des Eaux du Barrage d’Esch-sur-Sûre (SEBES) afin de coordonner les mesures nécessaires. Le SEBES s’est par la suite rendu sur le site de l’accident pour se faire une idée de la gravité de la contamination et a prélevé des échantillons d’eau à plusieurs endroits de la Sûre en aval de l’accident. Des prélèvements supplémentaires ont été réalisés par le SEBES en collaboration avec le « Centre de recherche Henri Tudor » (CRP). Ces résultats ont été analysés par le laboratoire de l’AGE et par le CRP.

Les premiers résultats disponibles le soir du 19 septembre ont montré une légère pollution de la Sûre, cependant à un niveau bien en-dessous de la norme de potabilité. Par contre, les échantillons d’eau potable distribuée par le SEBES n’ont à ce jour montré aucune trace du contaminant.

Le monitoring de la qualité de l’eau sera poursuivi pendant les prochains jours. Par mesure de précaution, le SEBES, en concertation avec l’AGE, a adapté son traitement multi-barrières, équipé d’une étape d’oxydation par ozone et d’un dosage de charbon actif en poudre, afin d’éliminer les micropolluants comme des herbicides.

Cet accident montre l’importance d’une bonne collaboration entre autorités étatiques et communales, et ceci notamment dans le cadre de la protection de nos ressources en eau potable et des dangers potentiels, mettant en péril leur bonne qualité chimique ou microbiologique.


Dernière mise à jour de cette page le 23-09-2014.
Copyright Ministère de l'Environnement

Retour vers la page d'origine